dimanche 16 février 2014

Un cœur en hiver

Musée Rodin - Paris


De te voir figé dans la douleur,
Je cherche à réchauffer ton cœur
Glacé par bien trop de rancœur.

L'hiver brusquement c'est posé sur lui,
Pour une longue nuit d'agonie.
Depuis il bat au ralenti, en survie,

Dans un palais de glace,
Où de guerre lasse,
Il n'espère de la vie aucune volte-face.

Meurtri par tant de froidure,
Dans ton sein la douleur perdure
Creuse ses profondes engelures.

Plus de frisson, ni même de passion,
Mais l'attente d'une sage rémission,
D'une lente et décisive guérison.

De cette douloureuse agonie,
Je voudrais tant être celui qui te guérit
Celui qui sauvera ton cœur endolori,

Faire de toi, de mon âme, le seigneur,
De mon corps le profanateur,
Devenir ton humble salvateur,

Pour te faire oublier, de l'hiver, les mauvais tours,
Préparer le Printemps, le retour des beaux jours,
Enfin, te redonner le goût de l'Amour.


C. BAILLY
Tous droits réservés

Aucun commentaire:

Publier un commentaire