jeudi 6 février 2014

Jalousie


J'envie le crépuscule qui enlace ton corps dénudé,
Dans le secret de ta chambre, à ton coucher.
J'envie le lit qui embrasse ton corps les nuits durant,
Les draps qui enveloppent ton désir brûlant,
Chaque fois qu'il se fait pressant.
J'envie les ténèbres qui cachent tes rêves,
L'aurore qui sur toi se lève,
Le jour qui prend tout ton temps,
Tes secondes, tes minutes, tes heures.
J'envie ta chemise qui effleure ton cœur,
Ton jeans qui épouse ton corps,
Te caresse encore et encore…
J'envie le soleil qui embrasse tes cheveux,
L'air qui effleure tes lèvres en feu,
Le temps qui passe sur toi,
Sans moi …
J'envie le monde que tu regardes,
Et dans lequel je ne suis pas…

Bordeaux - Colonne des Girondins -Triomphe de la République

C. BAILLY
Tous droits réservés

Aucun commentaire:

Publier un commentaire