mercredi 8 mai 2019

Pudeur


Illustrations: Peintures de Richard Laeton









Je tais ces mots qui me font peur,
Je crains de rompre de mes sentiments, le secret,
Et des tiens la pudeur.

En silence, j'observe les preuves qui trahiraient
Ce sentiment auquel je n'ose espérer
Tant il saurait combler mes souhaits.













J'attends…












J'attends l'aumône de tes sentiments étouffés.
J'attends les gestes retenus, les mots suspendus.
J'attends de toi un faux pas, de te voir trébucher.

J'attends, l'âme et le cœur résignés,
De voir ce trésor caché dans l'écrin de ton sein
Étalé à mes pieds.














J'attends...












J'attends ton mea-culpa, ta rédemption.
J'attends de ta virile pudeur, qu'elle tombe le voile.
J'attends l'aveu de ta faute par omission.

Oui, j'attends de ton indicible amour,
Qu'il veuille bien apaiser la torture de mon âme,
S'offrir indécemment au grand jour.














J'attends...















Faut-il pour mettre fin à cet atermoiement
Que je transperce de ma flèche impudique
Ce cœur chaste et résistant?































Faut-il que je brise la glace de nos appréhensions
Pour que face-à-face, nous regardions
L'inavouable se révéler à nos yeux, notre affection?


































D'un faux pas, je n'ose m'aventurer,
De peur de tout perdre,
De perdre l'essence même de ce qui me fait subsister,

L'espérance de vivre par toi aimé !













Christian Bailly
Tous droits réservés
18/11/2009



vendredi 12 avril 2019

Jardinet


Illustrations: Eric Massart


 

Ô ! Je t'aime, quand offert,
Tu m'offres des fruits généreux !
Ô ! Je t'aime, quand ouvert,
Tu m'offres tes sentiers interdits !


Mon Ami, ouvre-moi la porte
De ton jardinet, pour l'amour de moi.
Ma chandelle n'est pas morte,
Elle brûle, elle se consume pour toi.


Laisse-moi te pénétrer, te piétiner,
Labourer ce pré si attrayant,
L'ensemencer de ma volupté,
L'arroser de mes débordements.


Au plus secret de ton joli jardin,
Un bourgeon attend son jardinier,
Qu'un rayon de soleil libertin,
Vienne le réveiller, le magnifier.


Je jure, ce bouton deviendra rose,
Radieuse, promesse de plaisir.
Ma rosée, en généreuses doses,
La comblera, la fera tressaillir.




Ô Mon Amour !
À cette rose épanouie pour moi,
Je veux dévouer tout mon corps,
Et quand j'entendrai tes émois,
De ma chair, tu ouïras le chant du cor…


Christian Bailly
Tous droits réservés
23/11/2014

samedi 6 avril 2019

Écueil


Résultat de recherche d'images pour "peinture écueil"
Fortune de mer par Sylia TENVELERT 
Tu es mon écueil…
Je voguais sur la mer agitée de mes turpitudes,
J'avais perdu le cap depuis bien longtemps,
La tempête soufflait dans mes voiles
Me ballottant d'une rive à l'autre,
Sans jamais atteindre le bon port
Dans la nuit noire de mes idées noires.

Résultat de recherche d'images pour "peinture port de nuit"
Claude Monet,Le Port du Havre,effet de Nuit,
Tu es l'écueil,
Sur lequel j'ai brisé mes chaînes de galérien,
Ce destin de maudit n'était pas le mien,
Près de toi, s'arrêtent mes pérégrinations,
Dans un bain de larmes, je me suis noyé,
Pour, enfin libre, mieux ressusciter.
J'ai tout risqué pour gagner.

Résultat de recherche d'images pour "peinture homme enchaîné"
Homme enchainé de Reveurlove
Tu es l'écueil,
Auquel je me suis agrippé pour survivre,
À mon destin gravé, je ne pouvais renoncer,
Il me fallait me sauver ou bien périr.
Des flots obscurs, je suis sorti à la lumière,
Auréolé d'espoirs et de bonheur,
Comblé de cette nouvelle fortune.

Igor Sychev
Tu es l'écueil,
Sur lequel j'ai brisé ma vie de mensonges,
Mes fausses apparences, ma duplicité.
De ces flots tumultueux, est apparue ma vérité,
Mon évidence sur le sable doré de ton amour.
J'ai posé mon cœur serein dans tes mains,
Je t’ai confié mon âme apaisée.

Goodvin Nerko
Tu es l'écueil…
Sur la plage sauvage léchée des flots argentés
De nos plaisirs virils déculpabilisés,
Où je m'échoue confiant, en toute liberté,
Affranchis de toutes mes pudeurs,
Pour goûter enfin les fruits licencieux
Des amours autrefois interdits.

Felix d'Eon 
Tu es l'écueil…
À tes pieds, j’ai sabordé ma lâcheté,
Pour toi, j'ai choisi la témérité,
Tu es l'écueil de ma vertu.
À tes pieds, mon ambition d'être comme tout le monde
Tu es l'écueil de ma disgrâce
À tes pieds, mon infortune est devenue ma richesse
Tu es l'écueil de mon destin tumultueux,
À tes pieds, il s'est brisé pour mieux se rasséréner.
Tu es l'écueil de ma sensualité,
Dans ta brèche, j'ai découvert plaisir et volupté.
Tu es l'écueil de ma tempérance,
Sur ton pinacle, j'ai abandonné ma décence.
Tu es l'écueil de ma sagesse,
En toute humilité, je vis enfin mon destin, mon humanité…

Adam and Steve in Hawai by Tony De Carlo

Christian Bailly
Tous droits réservés
16/11/2014

dimanche 24 mars 2019

Vieillesse



 




L'automne de notre vie est la saison de la sagesse
Aux couleurs du temps de nos souvenirs.
Ils nous consument, avant de nous réduire
En cendres, au bout du chemin de la vieillesse...




Texte et photos Christian Bailly
Tous droits réservés
25/10/2014

vendredi 22 mars 2019

Caresses




Suzann's Art





Caresses du bout des doigts
Sur le bout des seins,
Au désir, ouvre la voie,
Prépare le plaisir au creux des reins !





Christian Bailly
Tous droits réservés
25/0/2014

Parfum

Mel Odom





Le parfum de l'aimé…
C'est une caresse sans les mains,
C'est un voyage divin
Dans son monde, dans son intimité...





Christian Bailly
Tous droits réservés 
23/10/2014

vendredi 15 mars 2019

Offre-moi ta rose


Illustrations : Yves Saint Laurent

 











Mon amour, mon amour,
Offre-moi ta rose,
Que je dépose mes baisers
Sur ta source de rosée,
Que je m'imprègne de ses effluves.




























Mon amour, mon amour,
Offre-moi ta rose,
Que j'effleure
Ce bouton de fleur,
De ma tige encore bien verte




























Mon amour, mon amour,
Offre-moi ta rose,
Que je la visite,
Que je profite
Des douceurs de sa jeunesse.





























Mon amour, mon amour,
Offre-moi ta rose,
Que je la butine,
Que je la taquine,
Pour la voir pour moi s'épanouir.

























Mon amour, mon amour,
Offre-moi ta rose,
Que je la comble,
Que je l'exauce,
Que j'y dépose en perles, mon aiguail.














 














Mon amour, mon amour,
Offre-moi ta rose,
L'objet de ma convoitise,
De ma gourmandise,
Avant que la vigueur ne me manque.
























Mon amour, mon amour,
Offre-moi ta rose,
Que je la profane,
Avant qu'elle ne se fane,
Avant qu'il ne soit trop tard.



























Mon amour, mon amour,
Offre-moi ta rose,
On est si peu de chose,
Osons, de nos corps, l’osmose,
Dans ce jardin aux couleurs de l'amour.
























Saisissons les grâces de la jeunesse,
Avant l'étreinte fatale de la vieillesse,
Mon amour, mon amour,
Offre-moi ta rose…
Je te promets l'apothéose…














     


Christian Bailly
Tous droits réservés
18/10/2014