vendredi 20 octobre 2017

Chinoiseries japonaises


Samurai embrassant une jeune recrue -
  Makimono-e de Miyagawa Isshô  -1750


Femme espionnant les
amoureux masculins, Qing-Dynastie






Pour vous ce soir, mes amis

Pour vous mettre en appétit

Quelques chinoiseries japonaises

Pour vous mettre très à l'aise...







Faire l'amour à un garçon et en saisir un autre par le bras


Avec, ou bien sans baguettes
À chacun, à chacune, sa recette
Pour chatouiller les grains de riz
Et faire chanter le joli canari






Elegant Amorous Mane'emon

Confortablement dans un bon lit
Ou avec rudesse sur un tatami
Peu importe, essayez la brouette
Japonaise ou assurez en levrette.


Scène dans un bordel Chine -
fin du XIXe siècle




Jouissez mes amis, mes sieurs
Tout votre saoul, à deux ou à plusieurs
Grimpez au sommet du Mont Fuji
Et goûter ce plaisir qui surgit...







Mont Fuji

Koryusai - Male Prostitute
Kuniyoshi - Exposure

Utamaro - Doigts Humidificateurs

Penis wrestling match from the series Tokaido gojusan-tsugi by Koikawa Shozan

du net 
The Horny Maneemon Spying On a Homosexual Couple and Angry Pregnant Woman

Félix d'Eon






Felix d'Eon

















Christian Bailly

Tous droits réservés
18/10/2017

mardi 17 octobre 2017

Désirs

Illustrations : art gay (by eric)
https://www.facebook.com/ArtGaybyEric/













Je te sais nu sous ton jean, et alors, je m’imagine…
Cet objet de ma convoitise, derrière ta braguette.
J’aperçois ton sein par ta chemise entrouverte,
Je sens en moi une soudaine montée d’endorphine.


















Je vois dans tes yeux, l’éclat de ton désir apparent,
Le reflet de ton intense excitation ostentatoire
Se matérialiser pour moi dans la majesté de sa gloire,
Audacieusement, outrageusement, si inconvenant.













Sur ta bouche, se formalise une officielle invitation,
En mots doux comme le miel, débordants d’amour.
À la parole, déjà, tu joins les gestes, sans détour.
De notre voyage, je connais la prochaine destination.















Tu m’attires sur le vaisseau de nos fantaisies intimes,
Pour une traversée tumultueuse, sauvage, passionnée,
Pour aborder les rivages de nos plaisirs convoités.
Au diable nos âmes aliénées, pour en connaître la cime !











Nos chairs affamées se dévorent avec grand appétit,
Pour laisser de nos désirs sulfureux que des miettes.
Friands, nous finissons l’un de l’autre notre assiette,
Jusqu’à sentir nos corps apaisés, par l’amour, meurtris.




Christian Bailly
Tous droits réservés
16/11/2013

lundi 9 octobre 2017

Transports


  
Pat Kelley





Tu es la soie qui enveloppe mes rêves,
Le regain qui me fait monter la sève,
Le sabre qui m’offre la petite mort,
Quand tu parachèves nos transports.










Pat Kelley






Tu es le tisonnier qui réveille ma chair
À laquelle tu révèles ton imaginaire,
L’étoile filante qui chasse mes frayeurs.
De mon âme en friche tu es le pasteur.









Tu es  la quintessence de mon destin,
Tes désirs ardents font de moi un pantin.
Le fruit de ton ivresse est mon absinthe,
Tu es  ma douleur sans une seule plainte.

Hongtao Huang


Hongtao Huang








Sur mon corps tu contes les fêtes galantes,
Jusqu’à ce qu’enfin il s’impatiente.
Tu es l’artiste qui repeint  mon destin,
Le poète qui fait de ma vie un quatrain.










Mickey C.Tan





Tu es la lame qui me fait rendre l’âme,
De mes jouissances,  tu es le sésame.
Tu es le bourreau de ma chair haletante,
Ton baume apaise mon âme repentante.
















Tu es le glaive qui offre à mon corps
Le repos après nos délirants transports.
Tu es la soie qui enveloppe mes rêves,
Quand entre nous s’installe la trêve.

Susi LaForsh

Christian Bailly 
Tous droits réservés 
20/10/2013


mardi 3 octobre 2017

Trésor




Steve Cronkite





Quand furtive, l’aurore
Se lève sur ton corps,
Je glisse la soie d’or,
Pour découvrir tes trésors.









Rick Herold 







Alors, je m’embrume
De tes vapeurs nocturnes.
Avide, me voilà à licher
De tes rêves humides, la rosée,
Nectar impudique
De tes songes érotiques.









Nebojsa Zdravkovic 






Par vaux, par monts,
Je cherche le démon
Qui encore sommeille
Sous ta chair en éveil.











Eric Massart 




Mes mains gaillardes,
Doucement musardent,
Au gré des effluves
De tes charnelles étuves.
Tant ton corps exhale,
Que mon désir s’emballe.
















Kenney Mencher










Gourmandes, mes lèvres,
De toi, s’enfièvrent,
Libertines, s’encanaillent,
Dans ta broussaille.
Leur dessein tyrannique
N’est point angélique.
La sagesse ? Au diable !
Leur faim est insatiable !






KalayanamitArt





Toutes deux se chamaillent
Tes tétons qu’elles travaillent,
Laborieuses, elles s'acharnent
Sur tout ce qui fait tes charmes.
De ta chair ainsi exhibée,
Je savoure le velouté.













Robert C Rore



Je me pourlèche,
Avide de ta peau de pêche.
De tes intimes moiteurs,
Je me grise des saveurs.
En silence, je pleure,
Je connais mon bonheur.
Pour tout l’or du monde
Je ne céderai pas ce trésor qui abonde…







Christian Bailly
Tous droits réservés
06/10/2013

À Pan


À Pan, le prince immortel des forêts, des sources et de la faune
 À Mon Ami









Oui mon cher ami, je suis tout à fait réel,
Je vois bien en face ma vie de mortelle...
Dans les yeux du monde, une étincelle,
Elle peut s'éteindre d'un seul coup d'aile...
















Mais mon ami, je ne suis plus un puceau,
Je ne sors pas tout juste de mon berceau, 
J'ai vécu, de joies et de chagrins, mon lot.
Il faut bien un jour arriver au bout du rouleau.
















Évidemment, le plus tard sera le mieux,
J'espère encore quelques jours heureux,
À partager avec mes amis, mon amoureux,
Avant de vous dire, à tous, mes fatals adieux.


















En attendant, je regarde l'avenir dans les yeux,
Je profite, d'un rayon de soleil, du bleu des cieux,
Des plaisirs de la chair, qui font des envieux,
D'un sourire, de l'amour, et c'est merveilleux…















Peu m'importe, quand viendra le jour, l'heure,
J'emporterai avec moi ces instants de bonheur
Procurés par l'amitié dont tu me fais les honneurs
Peu importe, où je serai, tu seras dans mon cœur...
Mon ami !











Alors...


Prince des forêts, des sources et des prairies
Quand mon temps de vie impartis sera tari
Emporte alors mon âme impie pour ta patrie,
Pour que d'amour et de plaisirs, elle se rassasie.














Christian Bailly
Tous droits réservés
03/10/2017