lundi 29 février 2016

J'ai tant de choses à te dire

Par Cody Furguson 

Mon Bien-aimé, j'ai tant de choses à te dire,
Je souffre de ne pouvoir toutes te les écrire.
Aurais-je assez d'une vie pour te déclarer
Mon amour, et lui offrir, des mots, l'éternité ?

Par Cody Furguson 

Mon Bien-aimé, j'ai tant de choses à écrire,
Que mes nuits et mes jours vont en pâtir
Pour laisser à ma plume le temps suffisant
De coucher sur le papier mes sentiments.

Mon Bien-aimé, j'ai tant de choses à de dire,
À l'encre de mes nuits d'insomnie où je délire,
Mes pensées t'effleurent comme des caresses,
Mais mes entrailles, sournoisement, t'agressent.

Par Cody Furguson 

Mon Bien-aimé, j'ai tant de choses à écrire,
Que je ne peux me résigner sans souffrir
À me défaire de cette obsession indomptable.
D'un abyssal désordre, elle est responsable.

Mon Bien-aimé, j'ai tant de choses à de dire,
Qu'à perpétuité, je me suis condamné à fuir
L'au-delà pour pouvoir satisfaire ces exigences,
Même outre-tombe, je ne céderai pas au silence.

Par Cody Furguson 

Mon Bien-aimé, j'ai tant de choses à de dire,
Et pourtant, je ne trouve rien d'autre à t'écrire,
Seuls ces mots qui expirent sur mes lèvres,
Quand de toi, mon amour insensé a la fièvre.

Je t'aime, je t'aime, je t'aime…

Par Cody Furguson 


Christian Bailly

Tous droits réservés

15/03/2012

dimanche 28 février 2016

Chose

H. CRAIG HANNA - Black belt

Je veux être ta chose et pas autre chose.
De ton amour souverain, je veux ma dose.
Viens, pour toi ma porte ne sera pas close.
Je te le dis, de moi, là, de tout, tu disposes.

H. CRAIG HANNA - Back of men

Je veux être ta chose et pas autre chose.
À tes plus viriles volontés, je m'expose
Sans crainte puisque rien ne nous oppose.
Nos pareils penchants nous prédisposent.

H. CRAIG HANNA - Vladimir au drap rouge

Je veux être ta chose et pas autre chose.
Par toi, je veux découvrir l'amour en rose
Et atteindre les sommets de l'apothéose.
Grâce à toi, je veux oublier mes névroses.

H. CRAIG HANNA - Homme nu de dos rose

Je veux être ta chose et pas autre chose.
Dans tes bras, de la vie, j'oublie le morose,
Là, rien ne m'arrive, rien ne s'interpose.
Tes avances, ma résistance, décomposent.

H. CRAIG HANNA - Xavier allongé

Je veux être ta chose et pas autre chose,
Ta partition où tes caresses composent
Une symphonie héroïque, en virtuoses,
Où chaque note, en soupir, se transpose

H. CRAIG HANNA - Guillerme

Je veux être ta chose et pas autre chose,
Sentir les bienfaits de ta métamorphose,
Être à te servir jusqu'à ce que tu exploses,
Et te faire entendre ma chair qui implose.

H. CRAIG HANNA - Study of the faune

Je veux être ta chose et pas autre chose.
Les fruits de mes ivresses, je te les dépose
Profusément, avant que d'une overdose
De ton philtre d'amour, tu m'ankyloses.

Christian Bailly
Tous droits réservés
13/03/2012

jeudi 18 février 2016

Être une larme



Être une larme,
Pour naître dans mes rêves,
Être une partie de mon âme,
Et mourir, là, doucement sur tes lèvres.

par Andrew Salgado
Être une larme,
Une larme gorgée d'amour,
Dans un silencieux vacarme,
Faire taire enfin la haine qui court.

par Andrew Salgado
Être une larme,
Dans les yeux d'une mère,
Une larme qui désarme,
La cruauté, la terreur et la guerre.

par Andrew Salgado
Ne plus être une larme,
Dissimulée dans le noir,
Qui cache la peur de l'âme
Pendant les longues nuits de désespoir.

par Andrew Salgado
Ne plus être une larme,
Une larme de chagrin,
Mais dans son charme,
Y voir renaître un nouveau destin.

par Andrew Salgado
Être une larme,
Une larme d'espérance,
Dans l'océan de mon âme,
Et oublier, la peur et la souffrance.

par Andrew Salgado
Une larme,
Être une larme de joie,
Être une larme,
Exclusivement versée pour toi.

par Andrew Salgado
Être une larme,
Pour naître dans tes rêves,
Être une partie de ton âme,
Et mourir, là, doucement sur tes lèvres.

par Andrew Salgado

Christian Bailly
Tous droits réservés
07/03/2012

mercredi 17 février 2016

Main dans la main


Se tenir main dans la main
Pour ne faire plus qu'un,
N'être qu'une seule âme,
En flânant sur le macadam.


Se tenir main dans la main
Comme deux grands gamins,
L'instant présent le partager
Sans rien avoir à se demander.

Se tenir main dans la main
Pour faire un bout de chemin
Ensemble, les cœurs ainsi unis,
Avec l'amour pour seul souci.

Se tenir main dans la main,
Sentir de l'autre, de son sein,
Vibrer le pou sous ses doigts,
Et se dire qu'il bat pour soi.


Se tenir main dans la main,
Et ressentir dans les reins
Le besoin d'aimer sa chair,
De faire tout pour lui plaire.


Se tenir main dans la main,
Et prendre de la vie le train,
Pour un long voyage au sein
D'un monde sensuel sans fin.


Se tenir main dans la main
Libres, comme tout un chacun
Et enfin se dire que vraiment
On n'est pas tellement différent

Puisqu'on s'aime






Christian Bailly
Tous droits réservés
06/03/2012

mardi 16 février 2016

Mon évidence

Nebojsa Zdravkovic
Mon Amour, tu es mon évidence,
À ma vie, tu donnes enfin un sens,
Celui de notre intime connivence
Qui ponctue ma nouvelle existence.

Mon Amour, tu es mon évidence,
Je prends bien acte de ta patience,
Tu as ma gratitude en permanence,
De ton amour, j'ai l'intime conscience

Nebojsa Zdravkovic
Mon Amour, tu es mon évidence,
À toi, le fruit de ma reconnaissance,
Un terme à mon état de bivalence,
La liberté de vivre mon apparence.

Mon Amour, tu es mon évidence,
Mon affection est sans équivalence,
Je t'assure en savoir la consistance,
Elle brûle mes essentielles essences.

Nebojsa Zdravkovic
Mon Amour, tu es mon évidence,
Je me plie à tes douces exigences,
À toi, tout acquise, ma clémence,
Tu sers fort bien mes appétences.

Mon Amour, tu es mon évidence,
En mon cœur, ses magnificences,
En ma chair, mes intimes opulences,
De mon âme, je t'offre la régence.

Nebojsa Zdravkovic
Mon Amour, tu es mon évidence,
L'amour de toi, en moi, sa résidence.
Pour le restant de mon existence,
De l'amour de toi, l'incandescence.

Christian Bailly
Tous droits réservés
01/03/2012

samedi 13 février 2016

La romance des amoureux


C'est la complainte des amoureux,
Elle fait d'eux des gens heureux,
On peut l'entendre autour d'eux.
Comme c'est un refrain mélodieux !



C'est la complainte des amoureux,
Là, dans le cœur de chacun d'eux,
Elle prend un air si langoureux,
Que parfois s'en est douloureux.



C'est la complainte des amoureux,
En l'écoutant, les yeux dans les yeux,
Ils oublient notre monde délictueux,
Et de s'aimer, s'échangent les vœux.



C'est la complainte des amoureux,
Complice des baisers ambitieux,
Témoin des échanges audacieux,
Avant des instants plus sulfureux.


C'est la complainte des amoureux,
À les voir ainsi, ils font des envieux,

Ah, s'ils pouvaient être contagieux,

Ils en feraient tant des bienheureux.




C'est la complainte des amoureux,
Elle est leur hymne d'amour à eux,
Deviendra un souvenir doucereux,
Quand ils deviendront plus frileux.



C'est la complainte des amoureux,
Elle raisonnera pour chacun d'eux,
Jusqu'à ce que devenus trop vieux,
L'écouter religieusement silencieux.



C'est la complainte des amoureux,
Quand la vie leur fera ses désaveux,
Elle bercera l'instant de leurs adieux,
Avant de se retrouver aux cieux.


C'est la complainte des amoureux.
La complainte des jours heureux
Est reprise en cœur par tous ceux
Qui connaissent la joie d'être deux.








Christian Bailly
Tous droits réservés
05/03/2012

jeudi 11 février 2016

Hymne à notre Amour



du net

Gloire à tes mots d'amour qui viennent me bercer !
Gloire à tes caresses qui bouleversent ma chair !
Gloire à tes baisers qui savent bien m'enflammer !
Gloire à ton glaive, de ton amour, il est l'émissaire !

Laisse-moi chanter, laisse-moi faire les louanges
Du bonheur que tu sais si bien me faire partager.
Laisse-moi espérer, jamais tu ne seras un ange,
Soit le démon pour que nos âmes soient damnées.














du net






Gloire à notre amour, à sa folie, à sa singularité !
Gloire à nos tempêtes qui ravagent notre couche !
Gloire à nos égarements, là, on peut s'y retrouver !
Gloire à nos dérives, point, elles nous effarouchent !

Laisse-moi chanter, laisse-moi faire les louanges
De notre amour affranchi qui tant nous enchaîne.
Sans fin qu'il s'enrichisse des excès de nos échanges,
Laissons parler nos désirs quand ils se déchaînent.











Gloire à notre concupiscence, muse de nos plaisirs !
Gloire à la volupté, elle est fille de notre sensualité !
Gloire à la frivolité, de nos jeux, elle sait se saisir !
À nos affinités ! Nos barrières ne peuvent y résister.

Que notre amour, nos désirs, toujours aiguillonne,
Pour qu'au grand jamais, notre faim ne soit apaisée.
Que nos désirs, notre amour, toujours tisonnent,
Pour que jamais il ne s'endorme sur ses lauriers.

du net

À notre amour ! Nos plaisirs lui donnent des ailes,
Que pour l'éternité, il vienne prendre son envol.
Pour nos âmes unies, qu'il courtise l'intemporel,
Et que de bons vents lui soient soufflés par Eole.

Christian Bailly
Tous droits réservés
02/03/2012