lundi 24 février 2014

Encore des mots, toujours des mots…




De tes bras amoureux, à peine suis-je libéré,
Les mots viennent sans discontinuer me hanter.
Ils dansent dans ma tête au fil de la journée,
Par la seule pensée de toi, passionnément insufflés.

Ces mots avec lesquels je joue sans m'épuiser,
Je les couche inlassablement avec assiduité
Au coin d'une nappe papier, sur un p'tit cahier,
Je leur promets, de ma mémoire, la postérité.

Au gré de mes phantasmes, de mon inspiration,
De mes instants passés près de toi avec passion,
Ils m'abusent, ils tourmentent mon imagination
Pour que je cède, vaincu par leur machination.

Quand épuisé de les écouter, je vais me coucher,
C'est sans compter sur leur opiniâtreté.
Mon envie ardente de te retrouver, submergée
Par leur commérage, se laisse dompter.

Il en est ainsi de mes jours et de mes nuits,
Par eux je suis habité de midi à minuit,
Même alangui, jamais je ne les éconduis.
Par leur chant de sirène je suis séduit.

Complice de tous mes soupirs impudiques,
En leur compagnie, je frôle ton âme angélique,
J'assouvis en secret mes désirs tyranniques,
Je me laisse aller à mes litanies romantiques.

Des mots… des mots qui chantent en chœur.
Des mots…des mots d'émoi entre toi et moi.
Des mots… des mots d'Amour pour toi.
Des mots… des mots pour toucher ton cœur.

Encore des mots… toujours des mots…

Le Palais du Luxembourg - (Sénat)

C. BAILLY
Tous droits réservés

Aucun commentaire:

Publier un commentaire