lundi 10 février 2014

Attente automnale

Forêt de Fontainebleau

Avant que ne trépasse la palette de l'automne,
Je savoure les derniers éclats monotones
De la nature avant son hivernal endormissement.
Aux quelques flamboiements résistants,
Ne restera bientôt plus que la grisaille
De la morne saison qui déjà me tenaille,
Envahissante,
Saisissante.
En attendant, une fois de plus, qu'elle enfante
Des mille espérances du printemps,
J'assiste, impuissant,
À ces interminables funérailles.
Je compte, feuille à feuille,
Le temps qui s'égraine lentement.
Je me laisse aller à son engourdissement,
Dans l'allégeance,
Sans résistance,
Osant espérer en la résurrection promise,
Où toutes les folies seront permises.
Mais déjà, je me gèle ; l'hiver me pétrifie,
Me couvre de noir et de gris.

Étang de Varennes sur Seine (Seine et Marne)
Je m'endors sous son blanc manteau.
Comme les autres, je courbe le dos.
J'attendrai le temps qu'il faut
À la délivrance,
À la renaissance,
Pour faire de moi un enfant,
Toujours aussi étonné par le miracle du Printemps.

Pommier en fleurs 


C. BAILLY
Tous droits réservés
Photos Christian BAILLY

















Aucun commentaire:

Publier un commentaire