mardi 21 janvier 2014

Toi



Toi

Tu es là, devant moi,
Dans ta nudité poivre et sel
Qui me met en émoi.

Jardin du Château de Versailles / Photo Christian Bailly
Antinoüs. Pierre Le Gros. 1686.
Ta fierté virile,
Déjà réveillée, m'attend
Et me rend docile.

Ton regard bordé
Par le plaisir qui t'attend
M'a hypnotisé.

Tes lèvres frémissent,
Doucement s'éveillent,
Puis m'engloutissent.

Ton corps ciselé
Se pavane à mes yeux.
Je ne puis résister.

Ta poitrine, d'orgueil
Se gonfle et dans la  volupté,
Sauvagement, me recueille.

Sur moi, tes bras
Se referment et sur ta paillasse
Me mettent bas.

Tes cuisses fermes
M'encerclent, tendues du plaisir
Bientôt à terme.

Tes fesses s'arrondissent
Généreusement sous mes caresses
Encourageantes et lisses.

Les salves chaudes
De tes baisers cuisants et audacieux
Me taraudent.

Ton sexe audacieux
Prend possession enfin de mon âme
Et me cloue aux cieux.

Ton corps, une dernière fois,
Se cambre … et dans un dernier rictus
De plaisir, se meurt, aux abois…

Tu es là, sur moi…
Dans ta nudité lourde et rassasiée
Qui me met en émoi.


C. Bailly
15/10/2008
Tous droits réservés

Aucun commentaire:

Publier un commentaire