vendredi 24 janvier 2014

Retrouvailles



Stanton Macdonald-Wright 







Sur les rives de mon désespoir
Je flirte avec ma lame de rasoir.
Mon âme, dans le miroir,
M'envoie à l'abattoir.

A la radio, la plainte d'un violon
M'enveloppe, dans son tourbillon,
De son manteau de frissons,
Me harcèle de son obsession.













Stanton Macdonald-Wright 






Mon cœur lacéré par la souffrance,
Use de sa passionnelle prédominance,
Demande son ultime délivrance,
M'appelle à la désobéissance.

Sous mes pieds ma vie vacille.
Je sens que je pars en vrille.
En moi, tout décanille
Sans pitié me torpille.












Stanton Macdonald-Wright 

Je ne suis déjà plus que l'ombre
De mon ombre, je sombre.
Mon corps m'encombre
S'habille de pénombre.

Soudain, le gémissement du carillon
Me sort de mes sordides divagations,
Met fin à ma prédétermination.
Une lueur ensoleille mon horizon.










Stanton Macdonald-Wright 






J'ouvre…Tu es là, pour moi.
Rien que pour moi…
A tes pieds, je foule mon désarroi,
Sur tes lèvres, je dépose mon émoi.

Mon cœur chante victoire.
Je range mon rasoir dans le tiroir.
Mon âme, dans le miroir,
S'illumine d'espoir.




Stanton Macdonald-Wright 



























C. BAILLY
Tous droits réservés

Aucun commentaire:

Publier un commentaire