vendredi 14 mars 2014

J'ai rêvé d'un autre monde


Pour nous, j'ai rêvé d'un autre monde…
Où je me laisse emporter pour oublier
Tout ce qui n'est pas toi, et inventer
De nouveaux rivages où je vagabonde.

Un univers d'amour, que l'on dit illicite,
Où ne mûrissent que des fruits défendus,
Réservés aux âmes, aux corps corrompus,
Mais où pourtant, par toi, je ressuscite.

Un pays, où nos vies parallèles s'unissent
Pour ne suivre qu'une seule et unique voie,
Où nous chantons notre amour à haute voix,
Pour faire du monde entier notre complice.

Une contrée si lointaine, qu'oubliée de tous,
Où le soleil indolent se lève sur notre couche,
S'incline devant sur nos lascives escarmouches,
Des couleurs de la passion, nous éclabousse.

Pour nous, j'ai rêvé d'un autre monde…
Où souffle le vent de l'amour sur nos cœurs,
Où nos corps récoltent de la tempête, l'heur,
En ses vagues voluptueuses et profondes.

Un univers où l'on oublie le temps qui passe,
Lui, qui griffe nos fronts pour le plaisir d'aimer,
Lui, qui poche nos yeux pour avoir consommé,
Avec trop de talent, la volupté sous toutes ces faces.

Un pays sans frontière, sans foi ni loi…
Où sévissent baisers et savantes caresses,
Où en mots langoureux, est dite la messe,
En chœur, par des cœurs ardents en émoi.

Une contrée lointaine, engloutie par l'oubli,
Rayée à jamais des cartes de navigation,
Réserve naturelle d'Amour et de passion
Pour toi, pour moi, pour toi et moi, pour la vie.

Viens, Mon Amour !
Viens! Je t'emmène… Vers un autre monde…



Jean-Baptiste Isabey, Homme assis appuyé sur le bras gauche, les jambes croisées 



C. Bailly
Tous droits réservés
17/06/2010

Aucun commentaire:

Publier un commentaire