lundi 3 mars 2014

Au pied du chêne Jupiter…




Je t'ai cherché comme un trésor oublié,
Chêne Jupiter - Forêt de Fontainebleau
Dans les rochers, dans tous les sentiers.
Jusqu'au pied de l'illustre Jupiter terrassé,
Où au plaisir d'aimer, je t'ai sacrifié.

J'ai caressé, l'écorce de ce grand chêne,
Témoin de nos ébats, et là, de ma déveine,
A ces pieds, j'ai demandé ma remise de peine,
J'ai  vidé ma coupe déjà bien trop pleine.

J'ai parcouru tous les chemins, perdu,
Pour revivre ce que nous avions vécu.
Sur la pierre je me suis allongé, nu,
J'ai attendu, attendu, tu n'es pas venu.

J'ai foulé l'herbe à la recherche de ta rosée.
Je n'ai trouvé qu'un sol aride, desséché
Par l'amertume et mes profonds regrets.
De mes pleurs abondants, je l'ai arrosé.

J'ai cherché la Mare aux Fées assez profonde,
Pour y noyer mon repentir, ma douleur pudibonde,
Pour cacher mon chagrin, mes sanglots, au monde,
Pour immerger à jamais mon âme furibonde.


Mare aux Fées - Forêt de Fontainebleau

L'espace d'un instant, dans son obscur miroir,
Illuminé par un rayon de soleil prémonitoire,
J'ai vu ton sourire, comme un message d'espoir,
Notre éternel amour couronné au faîte de sa gloire !







C. BAILLY
Tous droits réservés

Aucun commentaire:

Publier un commentaire