lundi 11 janvier 2016

Une destinée






En moi, depuis bien longtemps,
Dormait cet étrange sentiment,
Qu'aux yeux de tous, je cachais.
Même aux miens, je le refusais.

Je n'étais point aveugle pourtant,
Ni  sourd à cet inquiétant  penchant.
De ma nature, je dus m'accommoder.
J'appris au mieux à le dissimuler.













Derrière de mâles compositions,
Je me bornais à vivre en garçon,
Ce qu'impose pareil tempérament,
Mais sans y adhérer pleinement.

Je préférais les livres aux ballons,
De beaux vers,  faire la moisson.
Ce mal rongeait le mâle en moi
Tant et tant, jusqu'au désarroi.




Jusqu'au jour où le perfide destin
Mit une belle sur mon chemin.
Pour elle, j'oubliais ce que j'étais.
Pour elle, je me fis mari parfait.



À ce bonheur, j'y crus plus encore,
Je vouais mon âme à cet accord.
De cet amour, il est vrai, sincère,
Naquirent deux étoiles et la lumière.




D'être père, je me fis au bonheur.
Il me semblait combler mon cœur.
Je donnais tout ce qui était possible
De donner, je tentais l'impossible.


















Mais ma  nature revint à l'assaut,
Attisait mon corps sous le manteau.
N'y voyez pas là, de la perversion
Les signes, ni ceux de la trahison.

Mais comme un grand dénuement
Qu'il me fallait combler subitement.
Mon âme était en manque d'amour,
Viril, pour ne point faire de détour.












Je devais me contenter d'illusions,
Quand mon cœur réclamait la passion.
Je connaissais des bas-fonds, le fond.
Je tournais irrémédiablement en rond.

Quand sur mon chemin, je reconnus
L'Amour, le viril amour, cet inconnu
Que j'espérais tant depuis toujours,
Depuis mes tout premiers jours.











Il était là à portée de mon cœur.
Je le tenais, je tenais le bonheur.
Mais je devais en payer le tribut,
Jusqu'à la lie, je n'avais point bu.












Dès cet instant, je connus le martyre.
Ce fut le commencement du pire.
Mon âme, par mon corps, écartelée.
Mon corps, par mon âme, disséqué.

De cette vie, j'espérais la délivrance.
À la mort, j'envoyais mes doléances.
Je mourrais à petit feu et pourtant
Je voulais vivre, aimer autrement.









Cet amour-là était très honnête,
Ne voulait pas me voir perdre la tête.
Pour me sauver, loin de moi, il s'exila.
Face à mon grand désespoir, il céda.

Il me revint, lui-même confronté
À une grande peine non cicatrisée.
D'ouvrir enfin la porte du placard,
Je ne pouvais remettre à plus tard.









Le prix, je devais le payer en larmes,
À contrecœur, je dus sortir mes armes.
Pour enfin descendre de ma croix,
J'en acceptais les coups et le poids










Je fis donc le choix de m'assumer
Au risque de perdre mes amitiés.
Ce qui ne se fit pas en réalité,
Puisque par tous, je fus accepté.









J'ai connu le chagrin, la douleur
De ma bien-aimée, mon bonheur
Était au prix du sien, je le confesse,
Mais je lui garde ma tendresse.


Si je suis coupable de sa souffrance
La mienne me tenaille depuis l'enfance,
Je lui demande le grand pardon,
Pour la soulager, la damnation.






Je prends sur moi tous les tors,
Je paierai la note au chant du corps
Sans doute, avec appréhension,
Mais avec cette ultime conviction

D'avoir vécu  de ma destinée
L'existence pour laquelle je suis né,
Pour cet amour tant attendu.
Sans lui, je me serais pendu.








Je n'en reste pas moins un père,
De mes princesses, je suis fier,
Cet amour-là est inconditionnel,
Mon engagement est sans appel.



Mon cœur aimant est assez grand,
Chacun y trouvera bien son rang,
À mes enfants, toute mon affection,
À mon ami, le fruit de ma passion.


Aujourd'hui, je me suis réconcilié
Avec moi-même et j'ai amnistié
Ma naissance et ses conséquences.
À l'amour, je dois ma renaissance.





Photos personnelles
Christian Bailly
Tous droits réservés
31/01/2012

6 commentaires:

  1. Bonjour Christian,

    ce poème où tu livres ton parcours est purement magnifique.

    Je te souhaite beaucoup de bonheur avec tes filles et ton mari pour 2016.

    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup bel ami pour ton commentaire et tes vœux.
      Reçois en retour tous mes bons vœux pour 2016, une belle année d'amour, de bonheur et de santé.
      Avec mes plus belles amitiés . Bisous

      Supprimer
  2. bravo!!! et quel bonheur te voir jeune aussi!!!

    mon dernier post:
    http://menforxersex.blogspot.it/2016/01/12-january-kiss-ginger-day.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci bel ami... Jeune??? Oups ! C'est bien loin tout çà !
      Mais tu sais, je ne regrette pas mon passé, je n'étais pas très bien dans ma peau... Je n'étais pas moi-même.
      Malgré mon âge, je suis plus heureux aujourd'hui !
      Bises bel ami

      Supprimer
    2. je peux lire et voir que t'es plus heureux aujourd'hui !

      Supprimer
    3. Incontestablement mon ami ! Bon weekend à toi.

      Supprimer