jeudi 15 décembre 2016

Charognards



RIXENS A. - Les Fondeurs





La pauvreté rapporte très gros de nos jours !
Pour survivre, il faut mériter son maigre salaire,
Quand d'autres avec les fruits de notre misère,
Dans l'opulence insultante, filent de beaux jours.








Jan Matsys






La pauvreté rapporte très gros de nos jours !
Soyez en manque de monnaie trébuchante,
Et votre banquier, à votre vue si alléchante,
Vous proposera des taux usuriers en retour.







Prospérité et pauvreté de Thomas Faed





La pauvreté rapporte très gros de nos jours !
Aux déshérités, les marchands de sommeil
Ouvrent leurs portes moyennant de l'oseille,
Pour un trou à rat qui ne mérite pas le détour.












Le malheur rapporte très gros de nos jours !
Les assureurs, contre un peu de frayeur
De vivre, vous font payer le salaire de la peur.
Ils se battent entre eux pour avoir leur tour.












Jean-Baptiste Greuze








La maladie rapporte très gros de nos jours !
Soyez malades, et sans heures supplémentaires,
On vous mendie des dépassements d'honoraires,
Justifiés par la pauvreté notoire de ces vautours !







Anker Albert




La mort aussi rapporte très gros de nos jours !
Plus vivant que mort, que déjà, on vous enterre
En grandes pompes funèbres dans un cimetière,
À un prix exorbitant, mais pas pour toujours !










La pauvreté, le malheur, la maladie et la mort
Sont aujourd'hui la manne de ces charognards,
Prêts à dépouiller sans pitié du jeune au vieillard,
Pour dans leurs escarcelles, toujours plus d'or.

 Roberto Ferri


Pauvres ou riches, certes, nous ne finissons pas
Dans le même trou, mais une chose est sure, le trépas
Nous attend tous….
Ici-bas les biens ostentatoires ne sont qu'illusions…
La faucheuse, elle, sait sans distinction
Nous couper les ailes
Tous nous priver de l'essentiel…

La vie !



du net


Christian Bailly
Tous droits réservés 
19/09/2012


4 commentaires:

  1. Là, je suis époustouflé par ce poème engagé qui me plait beaucoup. Ce que tu écris me semble encore plus vrai aujourd'hui qu'il y a quatre ans. Tu aborde ici un sujet sur lequel je peux m'emporter pendant des heures tant les pratiques de ces charognards m’écœurent.
    Bon week-end à toi et à ton Bébé d'amour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, mon ami, je n'en suis pas à mon premier coup de gueule poétique, tu sais, mais peu de gens y sont sensibles alors je les garde pour moi...
      Belle journée Jean et à bientôt

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Merci d'aimer fidèle ami lecteur...à bientôt !

      Supprimer