mardi 29 décembre 2015

Trophées




Le pêcheur à l'épervier,
 par Frédéric Bazille, 1868


À la pleine lune blafarde,
J'offre mon corps affamé
De sexes mâles dévergondés,
Ma bouche gourmande de bouffardes.

De derrière les bosquets,
Je sens dans la pénombre,
De concupiscentes ombres
Se préparer pour un charnel banquet.

Me voilà bientôt encerclé.
Dans mon entrejambe,
Déjà, mon membre flambe.
Une main audacieuse vient se poser.

Une autre aussi s'égare,
Sur mon cul déjà cuisant,
Dans mes jeans moulants
Irrévérencieuse, elle s'en accapare.

Ma chair s'enflamme,
Mes vêtements me brûlent,
Mon sexe comprimé hurle,
Mon corps en entier, son dû, le réclame.

Des mains osées s'affairent,
On me déboutonne,
Alors je m'abandonne,
Partout, on me caresse, on me flaire.

Richard Taddei -
Sleeping Bacchus

La fraîcheur de la nuit, 
Se pose sur mon sexe libéré,
Il attend d'être apaisé.
Dans une bouche avide, il s'épanouit.

Des lèvres gourmandes
S'emparent de mes lèvres,
Me font monter la fièvre.
Mon corps entier, en furie, quémande.

Aux plaisirs téméraires
D'une main impétueuse,
Mes fesses orageuses
Ne souhaitent plus du tout se soustraire.

Un sexe baveux se pose
Sur mon cul entrebâillé,
Avant de venir le fouailler.
Dans mes entrailles, la douleur explose.

Les harpies se déchaînent
Sur mon corps de bâtard,
Me quémandent mon nectar.
Vers ma déliquescence, elles m'entraînent.

Une main, frénétiquement,
Branle ma verge turgide.
D'autres, ma chair, la lapident.
Toutes sur moi se débrident savamment

Dans mon cul, le butoir
S'affaire avec efficacité,
Me prépare à la félicité.
J'en oublie mon martyre expiatoire.



Je me fais mâle et femelle.
Tandis qu'il m'ensemence,
Je délivre ma semence.
Le temps d'un instant, je me crois immortel.

Autour de moi, on s'active.
Le foutre gicle en concert.
Sur mon corps offert.
En salves généreuses, leurs offrandes votives.


Soulagées, les chairs se défont.
Chacune à sa pudeur,
Moi tout à ma stupeur
De ce bonheur mendié dans les bas-fonds.

À la pleine lune effarouchée,
J'offre mon corps luisant
De leur sperme abondant,
Fier de ces virils et précieux trophées.




Christian Bailly
Tous droits réservés
29/12/2015

4 commentaires:

  1. Une belle histoire d'un moment ..une aventure d'un instant .. l'histoire d'un parking .. les émotions d'un présent.. la jouissance d"un moment .. connaissance partagée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toute une époque mon Bisouillon !
      "Je vous parle d'un temps
      Que les moins de "trente" ans
      Ne peuvent pas connaître...
      En ce temps-là, les rencontres "interdites" "en plein air" étaient débridées.
      On se retrouvait pour vraiment "se faire plaisir" et se "défouler".
      Bisouilles amicales bel ami !

      Supprimer
  2. Bravissimo, je vois que je ne suis le seul à aimer la semence!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Bel ami ! Je pense que tu penses comme moi cher ami, l'extrait de l'homme est le plus beau cadeau qu'il puisse nous faire...! Le sublime de sa personne !
      Donne-moi…

      Donne-moi ce tout petit peu de toi
      Qui vaut tant pour moi,
      L'extrait,
      L'intime,
      Le sublime,
      De ton corps d'homme.

      Donne-moi, de tes fascinants atours,
      La preuve de ton amour,
      L'élixir,
      L'essence,
      La quintessence,
      De ta chair amoureuse.../ ... http://librecoursaveux.blogspot.fr/2015/12/donne-moi.html

      Supprimer