mercredi 16 mai 2018

Ô Toi…




Cody Furguson




Ô Toi, Aube cruelle, tu me sors de mes songes,
Pour ouvrir la porte aux regrets qui me rongent.
Sur moi, l'obsession de ce que je suis en vérité,
Dépose le voile noir et pesant de mon autodafé.








Cody Furguson







Ô Toi, Jour interminable, tu prolonges mon supplice,
Sous tes projecteurs, les preuves de mon préjudice.
Aux images de beaux mâles aux derrières rebondis,
Mon esprit s'affole, me soudoie, malgré les interdits.



















Ô Toi, Crépuscule, avec toi, arrive sournoise rébellion,
Elle annonce de mon entendement les tourbillons.
De ton clair-obscur, elle s'accommode, ma faiblesse,
Pour que je transgresse mes odieuses promesses.










Cody Furguson




Ô Toi, Nuit furtive, tu ensorcelles mes sens exacerbés,
Tu déposes, sur mon corps humilié, mes désirs mortifiés.
Dans tes profondeurs, ma noirceur hante mon âme,
Pour que sur-le-champ, à la dérobé, je me damne.












Ô Toi, Nuit profonde et muette comme une tombe,
À tes viriles ombres, avec remords, je succombe.
En ton sein charitable, j'apaise mes indignes envies,
Sous le pâle sunlight d'une lune à toi asservie.
















Ô Toi, Nuit secrète, je te confie mes défaillances,
Quand je voudrais me démettre de mon allégeance.
Mes dépravations me mortifient avec obstination,
À ma naissance illégitime et maudite, ma dénégation.














Ô Toi, Nuit, emporte-moi, au loin, dans ton néant,
Loin de mes turpitudes, loin de ce pesant présent.
Dans ta noirceur, je veux me fondre, disparaître,
Ne plus servir mes singuliers penchants, ne plus être.







Christian Bailly
Tous droits réservés
19/06/2014

6 commentaires:

  1. Oh, quel sombre poème ! Pourquoi tant de tourments quand le "crime" est si gay ?
    Les illustrations sont magnifiques !
    Bonne fin de semaine à toi et à ton Bébé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne te fait pas de soucis Jean... Ce poème était rétrospectif...
      Un retour sur des moments torturés de ma vie où je luttais contre moi-même... Où l’envie de remettre ma vie en question s’imposait à moi mais avec, le grand chambardement... J’étais très très mal... au plus mal... Et c’est un miracle si j’y ai survécu... Sans mon Bébé, sans mes enfants et sans l’aide de ma psychiatre qui a été excellente, je ne serais plus... Tout était devenu très difficile, trop difficile... Je ne trouvais aucune solution viable et une seule me harcelait, comment en finir... Aujourd’hui tout ça est bien loin cependant il me plaît de revenir sur ce moment de ma vie, cela me permets d’apprécier le chemin parcouru mais aussi le présent.... mon présent gay !
      Merci mon ami pour ton passage et prendre le temps d’exprimer ton ressenti. Bon week-end à toi
      Bises de nous deux

      Supprimer
  2. Je rejoins Kalin'Ours ! pourquoi tant de tristesse, tu es ce que tu es, un Gay luron plein de tendresse et d'amour ! ne change jamais ! J'ai lu ta réponse, tous ces tourments sont loin et c'est bien ainsi !!!
    J'admire toujours ton écriture !!
    Gros bisous à vous deux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ma chère Morgane.
      Tes commentaires me font toujours très plaisir. Je sens en toi une âme généreuse et attentive aux autres et de nos jours, c'est rare. Toi aussi, tu écris très bien et j'adore ton style... Tu devrais faire un blog pour les partager. Je ne sais pas si tu es maman, dans l'affirmative, je te souhaite une excellente fête ! Belle journée à toi
      Gros bisous amicaux

      Supprimer
  3. Tes problèmes, tes souffrances et ta tristesse ont construit qui t'es maintenant. Je sais dire quelque chose de douloureux, mais en partie tu dois être reconnaissant à tes souffrances: si tu es heureux maintenant, tu l'es aussi parce que tes souffrances ont creusé dans ton âme un gouffre qui accueillait d'abord la douleur, maintenant la joie!

    pour dire la vérité, je n'ai jamais combattu contre ma nature, je n'ai jamais essayé de me tourner vers le sexe féminin. Cependant, je dois aussi dire que j'avais des problèmes psychologiques beaucoup plus importants, donc le problème de l'homosexualité ne m'a touché.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mon ami pour ce très beau commentaire... Tes mots sont beaux et me touchent énormément.
      Je vois que toi aussi tu as eu tes problèmes et mêmes si les causes ne sont pas les mêmes, elles ont fait de toi quelqu’un de bien que je suis très heureux d’avoir rencontré ici...
      Tout le bonheur de vivre pour toi mon ami
      Bises

      Supprimer