vendredi 25 mai 2018

Ma différence à moi

Musée du Louvre







En vain, je cherchais d'où me venait cette différence
Qui fait de moi un homme, au demeurant, particulier.
D'où me venait donc cette indomptable attirance,
Pour mes amours au masculin, mes désirs singuliers ?








Paris - Le jardin des Tuileries 






Je fouillais alors dans ma mémoire, dans mon passé,
Mais sans trouver à sujet, le moindre éclaircissement,
À cette énigme, le pourquoi de cette spécificité,
Qui fait de moi l'esclave assujetti à mes penchants.








Musée Rodin -
 Satyre au repos -Praxitèle







Mon âme a ses secrets que ma raison ne connaît pas,
Ma chair à ses besoins gouvernée par mes instincts
Qui me désarment, je succombe aux mâles appâts.
De mes influents désirs irrationnels, je suis le pantin.








Compiègne - Le Château
Philoctète en proie à ses douleurs







C'est ainsi, dame nature m'a élu pour être différent.
Certes, je ne suis pas seul à supporter pareil faix,
J'ai eu beau résister et organiser ma vie autrement,
Chassez le naturel, il revient au galop, c'est un fait !










Musée du Louvre







Après bien des vicissitudes, j'ai accepté l'évidence,
Depuis j'ai paraphé avec moi-même un traité de paix.
J'assume sans aucune condition en l'occurrence,
Ce que je suis, ce qui depuis longtemps me sapait.













 Christian Bailly
Texte et photos
Tous droits réservés
02/06/2014




4 commentaires:

  1. Hello, Christian !
    La plupart d'entre nous se sont posé la question : " Pourquoi ne suis-je pas comme les autres ? Pourquoi moi ? "
    Certains se la pose éternellement et cherchent une réponse dans la génétique ou dans les expériences " traumatisantes " qu'on aurait pu vivre, le grand débat entre l'homosexualité innée ou acquise. Mais, à quoi bon chercher midi à quatorze heure ? Nous sommes tous des êtres uniques, semblables aux autres, mais chacun avec ses particularités propres qui le distinguent des autres. Si nous n'étions pas gays, ne ne serions pas cet être exceptionnel que nous sommes ;o)
    Gros bisous à toi et à ton exceptionnel Bébé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Jean ! Comme j’aurais aimé entendre tes arguments il y a quarante ans cela m’aurait évité de faire certaines erreurs et cela m’aurait peut-être permis de m’assumer...
      Je n’ai pas écrit ce poème uniquement pour moi... Je l’ai écrit pour aider tous ceux qui se posent ces mêmes questions aujourd’hui mais aussi pour les hétérosexuels qui sont loin de se douter de ce que chacun d’entre nous vis dans son for intérieur... Quand j’ai dévoilé tout ça à ma mère, elle a compris combien j’avais pu souffrir et m’a demandé comment j’avais pu supporter tout ça tout seul... Alors je lui ai dit qu’en fait je ne savait pas vraiment, que je m’était attaché à vivre tout simplement et à faire avec, mais que beaucoup de jeune en arrivaient au suicide, qu’il ne fallait pas l’oublier...
      Merci mon ami pour ton commentaire .... Bise à toi de nous deux.

      Supprimer
  2. L'homosexualité est une variante naturelle: ceux qui ont combattu et combattent les homosexuels demanderont nous un jour le pardon, comme pour les Juifs et pour les sorcières brûlés au Moyen Age. Saviez-vous que même les roux, que l'on aime tant aujourd'hui, étaient considérés comme diaboliques?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’ose croire en ce que tu dis mon amis... mais je pense qu’il va falloir encore attendre quelques décennies pour voir ça... surtout quand on voit la recrudescence des actes homophobes... Pour nous aider il faudrait que les religions qui sont censées prôner l’amour changent leurs discours, mais je ne vois rien venir de ce côté là non plus. Les gouvernements avancent tout doucement en fonction de l’évolution de la, société mais manque de combativité... Ils dénoncent le racisme, l’antisémitisme, l’arabophobie, etc...et votent des lois de plus en plus sévères à ce propos ,mais rien dans ce sens pour l’homophobie...
      Pour beaucoup encore, nous restons « diaboliques » et souvent la parole se libère pour dire que nous méritons la mort...
      Il nous reste à espérer, certes mais surtout à ne pas cesser le combat...
      Bises mon ami

      Supprimer