vendredi 19 mai 2017

Intimes Doléances

Illustrations: William Etty


 





À chercher le plaisir dans ta petite mort en moi,
J’y trouve l’apaisement à mes intimes souffrances.
Je m’arc-boute pour bien mieux sentir ta lance,
Mais je sais que je ne mourrai pas de tes exploits.














Je sens les larmes monter, naître de ma douleur,
J'entends remplir ma coupe à raz bord pour la boire.
J’avais tant d’amour en retard, ce fut mon purgatoire,
J'ai payé ici-bas, je crois ne rien devoir au rédempteur.
















Ma chair était en manque, en carence de jouissance,
De celle qui vient du bas-ventre sauvage d’un mâle,
De celle qui se libère bestialement dans un râle,
Mon corps connaît enfin les douceurs de ta semence.















De ton corps de guerrier aguerri, j’accepte les rudesses,
Puisqu'elles me font sentir que je suis encore vivant.
Même si elles me laissent sur le carreau tel un mourant,
Ce n’est pas outre-tombe que je jouirai de tes prouesses.












Sous tes assauts, il me plaît d’être fatalement vaincu,
D’expier dans la douleur du repentir, la satisfaction
Que j’ai d’assumer enfin ma singularité et ma passion.
Je veux être pénétré par l’amour, à la haine, j’ai survécu.
















Aujourd’hui…


J’affiche mes amours sans avoir à sauver les apparences,
Loin de moi l’ignominie de ma naissance désastreuse,
Quand j’entendais gémir alors mon âme malheureuse.
Oubliés, mes délires d’adolescent contraints au silence !















Je souffre d'aimer, et d'être aimé comme je l'entends,
Pour rien au monde, je ne me renierais à nouveau.
À toi, mon cœur, mon âme, ma chair jusqu'au tombeau,
À vivre enfin ma différence auprès de toi, j'y prétends.




Christian Bailly
Tous droits réservés
25/03/2013

5 commentaires:

  1. Amour manqué....mais amour maintenant reçu...Ne pense plus au passé, vis le présent sans jamais te lasser !
    Bisous à vous deux
    Morgane

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Morgane ! Si j'y reviens souvent, c'est pour mieux voir le chemin parcouru et apprécier ainsi où j'en suis aujourd'hui. Je n'ai pas de regret, mais je veux prendre aujourd'hui tout ce qui m'est offert du bonheur d'aimer à ma convenance, au présent ne rien manquer, car le temps passe vite...
      Bises de nous deux chère Morgane. Nous te souhaitons un excellent weekend.

      Supprimer
  2. magnifique! un poème sur la petite mort! sublime!

    Xersex & http://menforxersex.blogspot.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je me doute bien que tu ne peux qu'aimer mon ami ! Bonne journée à toi
      Amicalement

      Supprimer
  3. J'imagine bien le chemin parcouru avant d'arriver à cette renaissance, à cette métamorphose totale. J'imagine la libération qui a dû être la tienne quand, tel un papillon sortant de la chrysalide dans laquelle il était enfermé, tu as enfin pu vivre et aimer comme tu le souhaitais.
    Bisous amicaux à toi et à ton Bébé.

    RépondreSupprimer