mardi 2 mai 2017

Confidences de couette


Résultat de recherche d'images pour "tableau 2 hommes sous la couette"

Alors même que je commençais à m'assoupir,
Pour une longue nuit paisible,
J'entendis, de mes amants, les premiers soupirs.
Ah, ces enfants terribles !

À la perspective de la folle soirée qui m'attendait
J'ai dû me faire une raison.
Je savais pertinemment que rien ne les arrêterait,
Ces deux jeunes polissons !

Myles Antony

J'avais beau me faire légère et me faire oublier,
Je sentais que j'étais de trop,
À les sentir sous moi vibrer et ainsi se défouler.
Loin deux l'idée d'un trio !

Très occupés à se faire mutuellement plaisir,
Et à faire monter la température,
Je savais qu'ils n'allaient, plus longtemps, tenir
Sous ma tendre couverture.

Peu à peu, je me sentis repoussé, mis à l'écart,
Ils gisaient nus sur la couche.
Ceux-là s'adoraient, ce n'était pas le fruit du hasard.
Ils n'étaient point farouches !

 

Sans tarder, ils entreprirent de plus savantes positions,
Çà n'avait ni queue ni tête,
Mais je peux vous dire, c'était la grande moisson.
Ils ne se racontaient pas fleurette !

Tout y passait, ils ne manquaient pas d'imagination,
De soixante-neuf, en levrette.
Ils étaient des experts, pas besoin de répétitions,
Du lotus, à la charrette !

Peter Schauwecker


Piteusement, je finis par me retrouver sur le plancher
Je n'étais plus de leur monde
J'étais là, abandonnée à mon sort, sans pouvoir broncher,
Piteuse, comme une moribonde !

De leurs soupirs, de leurs gémissements en partage
J'imaginais tout de leur ébauche
Bientôt, j'entendis rugir leurs fougueuses rages
La conclusion de leur débauche !

Le souffle court, je les sentis s'effondrer sur le lit
Une main délicate se posa sur moi
Me tira, me hissa, pour cacher l'objet de leur délit
Leurs corps, épuisés, aux abois.

du net


Pour eux, je me fis plus moelleuse, plus douillette.
Émue de voir tant d'amour,
Je me dis que j'étais la plus chanceuse des couettes,
Et m'endormis jusqu'au petit jour.



Christian Bailly
Tous droits réservés
02/05/2017

5 commentaires:

  1. Je savais bien que tes mots surpasseraient les miens !!!! mais ce n'est pas une compétition !!! j'ai adoré les mots de ta couettes, plus d'humour et d'amour !!!!
    J'ai vu que tu partais rechercher des coins plus propices au soleil et à la chaleur....Alors belles découvertes, je connais ces coins, ils valent le coup !!! je te souhaite plein de soleil, pour que le soir tu enlèves ta couette !!!
    Gros bisous Christian

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma chère Morgane ! Non ce n'est pas une compétition et j'ai bien aimé le défi ! Mais rassure toi le tien vaut largement le mien, tu ne dois pas te sous-estimer, moi, j'ai adoré tes mots !
      Oui, nous sommes partis sous le soleil de Cordoue, Séville et Cadix, les belles andalouses ! Nous avons eu du beau temps, mais aussi de la pluie... Mais il y fait tellement bon, qu'effectivement, la couette a été de trop... Un vrai plaisir sensuel que de dormir nu sur le lit... Sourire.
      Belle journée à toi Morgane et encore merci pour ton passage sur ma page ! Bisous !

      Supprimer
  2. bravissimo, t'es plein d'imagination et de poesie

    Xersex & http://menforxersex.blogspot.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci ! un défi par une amie poète, Morgane ! (voir ci-dessus)
      Bisous mon bel ami

      Supprimer
  3. C'est une excellente histoire avec une chute inattendue qui lui donne encore plus de saveur. J'ai beaucoup aimé.
    Le début m'a rappelé le week-end que j'avais passé chez un garçon qui vivait avec une copine laquelle m'avait laissé la place dans le lit pour aller dormir dans la chambre voisine séparée d'une fine cloison :o)

    RépondreSupprimer