lundi 24 octobre 2016

De ton île singulière… Sète



Vue du Mont St Claire - Christian Bailly


Enracinée dans tes souvenirs d'enfant,
Tu l'as retrouvée bordée d'azur et d'argent,
Rayonnante sous le soleil éclatant du midi.
Élue de ton cœur, pour toujours chérie.



Tielle




Ah ! Comme elle respire les saveurs de tes vacances.
Comme elle exhale la tielle gorgée d'espérances
Parfumées  de saveurs méridionales,
Le frescati  et sa macaronade conviviale.







Macaronade sètoise
Frescati






Vue du Môle St Louis - Christian Bailly

Au pied du mont Saint-Clair protecteur,
Tu as arpenté son ventre prometteur,
Sillonné ses canaux riches des chroniques
De ses marins querelleurs et héroïques,


Thoniers  - Christian Bailly


Les copains d'abord - Christian Bailly




Des vantardises de ses vieux pêcheurs,
Des rêves déçus de ses jeunes dériveurs,
D'horizons lointains jamais atteints,
De retours marqués par le destin.


Quai de Bosc - Christian Bailly











Sur ses quais, à la sortie de ses bars,
Tu as croisé de bien beaux malabars,
Prêts à en découdre avec leurs lances
En joutes viriles, avec arrogance.



Jouteurs - Christian Bailly


Jouteurs - Christian Bailly

Gironds à souhait, mais si fiers
De tenir haute la barre guerrière,
Au son de la flûte et du tambourin,
Lancée par des bras de galériens.









Georges Brassens -
Christian Bailly






La mélodie de son accent occitan,
Berce encore tes rêves d'adolescent.
Pour toi, son soleil chante la poésie
De Georges Brassens, de Paul Valérie.


Georges Brassens -
Christian Bailly















Du net

















Quartier Haut - Christian Bailly

Tu reviendras chez elle, te nicher,
Chez ta Belle, quand le temps aura déposé
Lentement sur ton dos son fardeau.
Tu poseras sur son rivage ton ballot.
Quai Léopold Suquet  - Christian Bailly


Alors, du haut du mont Saint Claire,
Tu contempleras son âme singulière,
Qui fait d'elle, pour ton cœur de potache,
L'inéluctable et ultime port d'attache.

Vue du Mont St Claire - Christian Bailly


Vue du Mont St Claire - Christian Bailly

Vue du Mont St Claire - Christian Bailly
Quai Adolphe Merle - Christian Bailly
Quai Noël Guignon  - Christian Bailly













































Canal Sète vu du Môle - Christian Bailly


 Le Môle St Louis - Le Phare - Christian Bailly
 Le Môle St Louis - Port de plaisance - Christian Bailly







 Le Môle St Louis - Port de plaisance - Christian Bailly


Vue sur le quai de Bosc - Christian Bailly





Vue sur le quai de Bosc - Christian Bailly


 Le Môle St Louis - Port de plaisance - Christian Bailly

 Le Môle St Louis - Port de plaisance - Christian Bailly


 Le Môle St Louis - Port de plaisance - Christian Bailly


Terrasse du Café Social  - Christian Bailly
Pont Sadi-Carnot et Pont Maréchal-Foch - Christian Bailly


Christian Bailly
Tous droits réservés
21/01/2011

4 commentaires:

  1. En voyant le titre de ce poème, j'ai immédiatement pensé à la "supplique pour être enterré à la plage de Sète" de Georges Brassens. Je constate en lisant la fin que je n'en suis pas très loin. Je n'ai par contre pas pensé au "Cimetière marin" de Paul Valéry que tu évoques aussi dans ce poème.
    Bonne semaine à toi et à ton Bébé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, c'est vrai, j'avais oublié... Non, on n'en est pas encore là... Nous y retirer, est notre projet, en effet la famille de Bébé est de Sète et j'avoue l'avoir adoptée sans mal, même si elle n'est pas franchement belle (surtout ses vieux quartiers), c'est vrai. Mais j'ai été charmé par tous ses canaux, miroirs d'azur au milieu de la ville qui en rajoutent à la lumière qui la baigne, son ambiance de marins, ses touristes sans prétentions, sa cuisine aux couleurs des migrants qui l'ont choisie comme port d'attache, la Pointe courte et certains de ses habitants loufoques, le Mont St Clair d'où on embrasse la grande bleue et l'étang de Thau, sans oublier l'ambiance de ses joutes ou s'affrontent de beaux nounours... Une ville fière mais pas orgueilleuse, une ville éclatante de lumière où l'on espère prochainement nous réfugier loin de la folie et la grisaille parisienne...
      Merci pour ton commentaire Jean . Belle journée à vous deux

      Supprimer
  2. souvenirs de le vacances passées!

    RépondreSupprimer
  3. Oui c'est çà mon ami mais cette ville est aussi le berceau de la famille de Bébé et nous attendons avec impatience de pouvoir aller y vivre...

    RépondreSupprimer